Merci la raideur !

« le yoga c’est pas pour moi, je suis trop raide ».  Phrase que tous les profs de yoga ont pu entrendre des centaines de fois.

Je l’affirme et le reaffirme, le yoga est fait pour tous, du moins pour toute personne qui a envie d’en faire. Il peut s’adapter à tous.

Nous n’avons pas tous les mêmes buts ni les mêmes prédispositions. Certains ne pourront jamais toucher leurs pieds et alors ? le but n’est il pas juste d’être plus vivant ?

Sur ce simple fait, nous pourrions faire un livre pour savoir ce qui est être vivant. L’idée n’est pas là; ici elle est de réconcilier chacun avec son corps.

Dans les pratiques de yoga, le but recherché est la souplesse. Il s’agit de conserver ou récupérer une capacité d’amplitude dans les mouvements. La souplesse est très différente d’une personne à l’autre, et  peut aussi varier beaucoup sur une même personne.

En pratique, il peut vous être utile de savoir que la région cervicale est hyperrnobile dans presque tous les plans, et nous verrons que la raideur du cou ou la limite des mouvements dans cette région est souvent d’origine non pas articulaire mais musculaire, que la région dorsale est surtout propice à la flexion en avant, elle est limitée surtout dans sa partie haute par la présence des côtes qui entravent toute amplitude de mouvements, et que la région lombaire est surtout faite pour la flexion en arrière, l’extension. La prise en compte de ces éléments permet déjà de savoir si vous êtes sur la bonne route.

Amis hyperlaxes et amis raides, je vous invite à lire attentivement ces paroles de BKS Iyengar, dans « Sagesse et pratique du yoga », chapitre « le corps souple et le corps raide » :

Q : Pourriez-vous commenter la différence entre un corps souple et un corps raide ?

De nombreuses personnes regardent des photos d’asana et pensent qu’un corps souple suffit pour réaliser une asana. Mais on devrait se rendre compte que souvent un corps souple ne peut renseigner le cerveau ou l’esprit, car il manque de sensibilité. Bien que les corps souples n’éprouvent pas de douleur, ils pèsent sur les nerfs, et causent de la fatigue, de l’agitation, des maux de tête ou de la lourdeur. Ils manquent d’énergie. Au lieu de recevoir de l’énergie, les cellules sont écrasées et cela peut provoquer des tas de maladies. Un corps souple n’oblige pas l’intellect à réfléchir à ce qui est adapté ou non dans la réalisation de l’asana.

Un corps raide, au contraire, possède de la résistance, une capacité d’action et de réaction qui oblige l’intellect à étudier l’asana dans une juste perspective. Un corps souple ne possède ni capacité d’action ni ou de réaction, ni résistance pour donner des indices utiles au raisonnement intellectuel et à la stabilité émotionnelle. Il fait facilement l’asana sans résistance intérieure et sans réaction. Quand une femme est enceinte et qu’il n’y a pas de réponse de l’enfant, alors la peur surgit que la vie l’ait quitté. De la même manière, une asana obtenue sans résistance est une asana sans vie, comme un enfant mort-né.

 

Vous êtes ce que vous êtes, rien d’autres, aimez vous.

Aurélie

aurélie jur Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.