POURQUOI RESPIRER PAR LE NEZ ?

La respiration plus qu’un phénomène essentiel et naturel de vie,  révèle notre état de santé physique et moral.

De manière naturelle, tout le monde respire par le nez. La bouche, elle, a de multiples usages comme l’ingestion des diverses nourritures ou l’expression verbale, sonore … On peut l’utiliser aussi pour respirer mais seulement si nous n’avons pas le choix ou pour faire un effort qui demande une grande activation sanguine et musculaire.

On demande aux femmes enceintes d’inspirer par le nez, les kinésithérapeutes conseillent aux personnes souffrant de problèmes respiratoires d’inspirer par le nez et expirer par la bouche. Même la Bible cite une image symbolisant l’importance du nez : « Et Dieu créa l’homme à partir de la poussière de la terre et souffla dans ces narine le souffle de la vie ; et l’homme devint une âme vivante » (Gen. 2:7).

Le nez a une grande richesse de fonctions :

  • Il protège l’organisme contre les infections bactériennes grâce aux petits poils qui réchauffent (l’air qui arrive du dehors a une température plus basse que le corps) et humidifient l’air inspiré tout en le filtrant. Les poussières sont retenues et le mucus secrété joue quant à lui le rôle d’antibactérien. Le nez empêche la propagation des bactéries aux oreilles et aux bronches
  • L’air extérieur est conduit plus rapidement aux alvéoles pulmonaires
  • Le rythme cardiaque et la pression artérielle sont régulés. L’hyperventilation de la respiration orale évitée. La quantité d’oxygène dont l’organisme a besoin selon l’effort est ainsi extraite. La mobilité des parois nasales fait que le calibre nasal se met constamment en harmonie avec la capacité du soufflet thoracique.
  • Crampes et courbatures sont diminuées. les muscles sont efficacement alimentés par l’échange du dioxyde de carbone et de l’oxygène et on évite la transformation du glucose en acide lactique (responsable des crampes et courbatures)

Physiologiquement parlant et en termes de performances sportives, il est donc conseillé de respirer avec le nez plutôt que par la bouche.

La muqueuse nasale joue aussi un rôle sensoriel et contient les terminaisons du nerf olfactif. L’odorat va permettre de contrôler la qualité de l’air inspiré, et ainsi  éviter ou réduire l’ingestion d’un air vicié et pollué.

Plus finement, la caresse du souffle passant sur les muqueuses nasales va stimuler des points correspondant à des fonctions ou à des organes notre corps, faisant de l’intérieur de notre nez, un microcosme de notre organisme.

Respiration par le nez et cerveau

Dès que la température du cerveau augmente, le corps envoie plus de sang au niveau du nez et des fosses nasales. Respirer par le nez permet donc au cerveau d’évacuer la chaleur en trop et d’éviter la surchauffe. Le nez est en quelque sorte le circuit de refroidissement du cerveau.

Un peu comme un ordinateur, le cerveau est très sensible à l’excès de chaleur, en particulier la nuit, durant la phase de  sommeil paradoxal. Chez la personne qui respire par la bouche,  le cerveau ne refroidit pas, ce qui perturbe le sommeil et aussi le comportement durant la journée.

Quand on respire par la bouche, on risque ainsi d’avoir des difficultés à s’endormir, de souffrir d’un sommeil perturbé, d’un réveil précoce, lent et difficile car le corps trouve ses moyens de compenser pour soulager l’excès de chaleur dans le cerveau et faire baisser la température du corps, en bougeant pour se découvrir, en transpirant par la tête

Dans la journée, la personne qui respire par la bouche a tendance à somnoler, à souffrir de troubles de la mémorisation, de l’attention et du comportement (irritation, nervosité…)


Transpiration, agitation nocturnes, lit défait… sont des signes révélateurs d’une mauvaise respiration ou respiration par la bouche.

Respiration par le nez et les dents

Un bon orthodontiste vous dirait qu’avant d’entreprendre un traitement d’orthodontie quel qu’il soit, le préalable est de rééduquer la respiration de l’enfant afin de lui garantir de la stabilité des résultats obtenus à l’issue du traitement.

Chez un enfant qui respire par la bouche, l’alignement dentaire obtenu n’est pas stable et le traitement d’orthodontie voué à l’échec.

Source : http://www.holodent.fr/index.php/dentistes

Encore envie de respirer par la bouche?

Quand on respire par le nez, l’air qui arrive aux poumons est plus chaud de 4 à 5° par rapport à l’air inspiré par la bouche et est filtré.

En soufflant par la bouche on croit souvent éliminer tout ce qui fait obstacle mais on brutalise les tissus pulmonaires et  on les aère insuffisamment. On évacue l’air de manière imparfaite d’où un résidu d’air vicié impropre à l’oxygénation du sang.

En yoga…

Dès que nous abordons l’expérience du yoga, nous sommes invités à prendre conscience de notre souffle ce qui nous place dans une qualité d’attention, premier pas vers l’intériorité. Les postures seront alors réellement vécues ou plus ou moins acceptées.

Beaucoup de débutants en yoga sont très perturbés quand l’enseignant donne la consigne de respirer par le nez mais la science du yoga a compris le lien absolu qu’il y a entre le souffle et le mental.

Le corps humain tire son énergie principale de l’oxygène, mais aussi du prânâ, l’énergie de vie subtile qui est dans toute chose. Notre corps est sillonné de canaux physiques et subtils, les nâdîs. 

Et parmi ces canaux, il en est trois essentiels Ida, Pingala et Shushuma. Shushuma est au centre (symbole de l’éveil de Kundalini), Ida et Pingala s’acheminent jusqu’aux narines.

canaux-énergétiques

Respiration physique  et prânique sont donc solidaires l’une de l’autre et la modification  de l’une va déterminer une modification de l’autre.

La bouche, n’ayant pas ces Nâdis, la respiration prânique sera défectueuse, entraînant une diminution de la vitalité et des facultés intellectuelles.

En ramenant le souffle à un rythme normal, nous supprimons tout désordre émotionnel, le langage intérieur s’apaise et l’espace de silence s’ouvre pour que nous nous épanouissions dans la posture. Quand on respire par la bouche avec pour but d’accentuer les résultats  d’une pratique physique, un modelage du corps selon des schémas  imposés par la mode ou autre, on accentue la situation duelle de la séparation corps-esprit,  le corps matière face au mental orgueilleux.

En écoutant nos résonances profondes, nous serons pleinement nous dans l’expérience de l’ICI ET MAINTENANT.

Le yoga vous conseille aussi le Nettoyage du nez. Neti Pot et eau salée peuvent devenir des alliés indispensables.

 

A peu près 20 000 litres d’air vont entrer quotidiennement dans notre corps, mieux vaut donc être attentif à la façon dont cela va se faire…

aurélie jur Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *